Si le corps féminin est sensible à certains endroits plus qu’à d’autres, c’est tout aussi vrai pour le corps masculin. Alors, pour faire monter monsieur au septième ciel, mesdames, suivez le guide !

Pour bien chauffer votre homme avant de passer à l’acte, il est indispensable de bien s’occuper de lui, en travaillant ses zones érogènes. Petit inventaire des parties à travailler pendant vos prochaines préliminaires.

1. Les testicules

Pièces maîtresses de l’appareil amoureux masculin, certains hommes apprécient que leur partenaire leur caresse les testicules. Mais attention à ne pas exercer trop de pression, ni vous y attarder trop longtemps : cette partie du corps est la plus sensible lorsqu’on la caresse très légèrement et furtivement.

Mais si vous voulez vraiment surprendre votre partenaire et lui procurer un plaisir qu’il n’a sans doute jamais ressenti avec d’autres, faites ceci : buvez quelque chose de chaud, puis caressez avec votre langue la zone entre les deux testicules. Le résultat promet d’être caliente !

2. Les mamelons

Chères mesdames, vous n’êtes sans doute pas sans savoir que les hommes aussi sont réceptifs aux caresses des tétons et mamelons. La raison ? Comme sur toutes les zones érogènes ou presque, la peau y est particulièrement fine, rendant ces endroits très sensibles. Les poils présents sur la poitrine accentuent encore cette sensibilité. Vous pouvez caresser les mamelons avec un ou deux doigts, sans appuyer.
 
Mieux encore : jouez sur le contraste de températures. Approchez votre bouche de ses mamelons, soufflez de l’air chaud, puis léchez-les rapidement avec la langue. (Comme variante, vous pouvez utiliser un glaçon.) Ce passage soudain du chaud au froid fera monter l’excitation.
 

3. Le périnée

Si tout le monde se concentre sur le pénis, beaucoup oublient encore le périnée. Il s’agit de la partie entre l’anus et le scrotum, la « racine » du pénis et des testicules. Pourquoi le périnée est-il une zone érogène ? Tout simplement parce que c’est là que se trouve un os qui touche une partie hautement importante de l’appareil amoureux masculin : la prostate. En appuyant légèrement (ou moins légèrement, selon ce que préfère votre homme) sur le périnée, vous exercez donc une pression sur la prostate. Dans tous les cas, si vous n’avez jamais exploré cette zone, allez-y doucement. Et si jamais l’opération provoque une sensation désagréable, arrêtez.
 

4. La prostate

Si la prostate peut être stimulée indirectement, elle peut également l’être directement. Placez votre homme dans une position où son anus est détendu et facile d’accès, et introduisez-y votre doigt, préalablement lubrifié, jusqu’à la deuxième phalange. Pliez votre doigt vers l’intérieur, et vous allez sentir une boule dont la dimension rappelle un marron : c’est la prostate. Tantôt en promenant votre doigt sur sa surface, tantôt en appuyant dessus, vous stimulerez cette glande essentielle pour l’acte sexuel.
 
Attention toutefois à ne pas y passer trop de temps. D’une part parce que, généralement, il ne faut pas beaucoup de temps pour que cette stimulation se termine par un puissant orgasme. D’autre part, parce qu’en cas d’insuffisance du lubrifiant, vous risquez d’irriter la prostate.
 

5. Les plis

Quand on parle de « plis », en réalité on parle de plusieurs zones, qui ont une chose en commun (et on l’a dit plus haut) : la peau y est particulièrement fine. Il s’agit des lobes d’oreilles, de l’intérieur des cuisses, de l’intérieur des coudes et de l’intérieur des genoux. Mais attention : il faut veiller à ne pas chatouiller. Pour le meilleur effet, stimulez ces zones très rapidement, entre la stimulation d’autres zones ou encore simultanément à celles-ci. Jouez sur l’imprévu : promenez rapidement votre doigt sur l’un de ses plis, et passez à autre chose avant même que votre homme ne se rende compte de ce qui vient de se passer.